Autre projet de condos dans Griffintown

www.canoe.ca

La première pelletée de terre du projet de condos William a été jetée lundi dans Griffintown, un secteur en pleine effervescence immobilière.

L’arrondissement du Sud-Ouest planche sur un plan d’urbanisme qui permettra à ce secteur fortement industriel d’adopter un caractère résidentiel. Et pour cause, les condos s’y construisent à un rythme effréné.

Le projet William s’ajoute à ceux du District Griffin, des Bassins du Havre et autres.

« C’est un redéveloppement urbain unique à Montréal. Une nouvelle vocation. Mais il faut une planification cohérente de ce quartier », a expliqué Véronique Fournier, conseillère de Ville pour Saint-Henri-Petite-Bourgogne-Pointe-Saint-Charles et présidente du comité d’urbanisme de l’arrondissement.

À ce titre, le Sud-Ouest a établi ses quatre priorités : l’inclusion sociale et la mixité, le développement durable, la préservation et la mise en valeur du patrimoine et les services publics.

L'Office de consultation publique de Montréal tiendra d'ailleurs des audiences afin d’harmoniser le développement immobilier et commercial dans ce secteur. Il se penchera sur un plan détaillé d'urbanisme pour l’ensemble du quartier.

« On veut faire de Griffintown un laboratoire de développement urbain intelligent », a ajouté Mme Fournier.

Le William

D’ici quelques années, la construction de 170 unités de condos du projet William sera complétée. Les trois édifices intégreront un bâtiment patrimonial datant de 1895.

Des logements, « penthouses » et maisons de ville en feront partie. La moitié des unités ont déjà trouvé preneur. Les prix de ces condos varient de 189 000 $ à plus de 400 000 $.

Les futurs clients du William ont pris part à l’élaboration de son design. En effet, le public pouvait se prononcer sur divers sujets liés au projet : l'accessibilité aux transports, le développement durable et le nom du projet.

La végétation et le cyclisme auront également une place d’honneur. Maxime Laporte, directeur des ventes du promoteur Quorum a expliqué que « 98 % des répondants ont dit que le côté vert était important et 80 % ont dit avoir besoin de leur vélo ».

Les commentaires sont fermés.